La qualité de l'air intérieur et les peintures intérieures

L'interaction entre les peintures et la qualité de l'air intérieure est souvent négligée. Pourtant, la peinture impacte directement sur la qualité de l'air intérieur, d'où l'intérêt de bien choisir sa peinture.

 

Les COV et les peintures intérieures

La qualité de l'air intérieur n'est pas à prendre à la légère. Effectivement, la pollution de l'air provoque des effets graves sur la santé qui se traduisent par des maladies respiratoires comme l'asthme ou encore le cancer du poumon. Les polluants intérieurs les plus préoccupants sont certainement les COV ou Composés Organiques Volatils. À forte concentration, ces COV se révèlent très nocifs pour les habitants qui y ont été longtemps exposés. Ces COV sont libérés dans l'atmosphère intérieure par les peintures contenant du solvant. C'est le solvant, qui est un des composants de base de toutes les peintures, même celles à l'eau, qui libéré dans l'air pollue ce dernier. Les COV sont alors dégagés dans l'air une fois que la peinture intérieure est sèche, pouvant entraîner des conséquences néfastes sur la santé.

 

Choisir une peinture en fonction de l'étiquetage

Depuis 2011, l'étiquetage est obligatoire en ce qui concerne l'émission de COV. Les pots de peinture doivent désormais présenter un étiquetage de forme carrée informant sur l'émission de COV de la peinture. Les peintures sont alors classées A+, A, B et C, en fonction de leur émission en COV avec A+ pour une peinture émettant le moins de COV. Cet indice d'émission est attribué à la peinture suite à des tests en laboratoire de 28 jours suivant l'application de la peinture conformément à des normes strictes et bien définies. Cependant, si l'indice d'émission A+ garantit une faible émission de COV 28 jours après l'application de la peinture, la teneur en COV exprimée en grammes par litre de peinture ne doit pas être négligée. Les peintures acryliques sont aujourd'hui les peintures les moins émettrice de COV.

 

Appliquer une peinture sans risque

NuanciersLa première chose à savoir, c'est que les COV se fixent dans les mousses d'ameublement ainsi que dans les tissus. Avant de repeindre une pièce, il est donc recommandé de déménager fauteuils, canapés et lits. Ensuite, comme l'émission de COV est particulièrement importante durant les premiers jours suivants l'application de la peinture, il est préférable d'attendre quelques semaines avant de séjourner à nouveau dans la pièce repeinte. La règle d'or pour une application de peinture intérieure sans risque est l'aération intensive, pendant l'application de la peinture et les quelques semaines qui suivront. Aérer la pièce évitera d'une part l'accumulation de COV et d'autre part cela réduira les risques de contamination de l'ensemble de l'habitation. Pour avoir l'esprit tranquille, procéder à un diagnostic complet de la qualité de l'air s'avère toujours rassurant.

Auteur : Softibox